Ecole de Tourisme de Bac à Bac+5

Ecole de Tourisme de Bac à Bac+5

ACTUALITÉS

Trois tendances du tourisme dans les médias sociaux à suivre en 2019

L’été approche à grands pas, et la haute saison pour une grande majorité des enseignes touristiques mondiales commence. Et si les vacances sont souvent synonymes de temps libre pour se déconnecter et se détacher de la technologie, notre relation avec les médias sociaux transcende désormais tous les aspects du processus de décision en matière de voyage : avant, pendant et après. Dans cet article, l’IEFT vous donne un aperçu des principales tendances en lien avec les réseaux sociaux à vocation touristique dans le second semestre 2019.

#1 Le mobile persiste et signe…

Entre 2017 et 2018, Trekksoft, fournisseur de logiciels de réservation et de paiement en ligne pour les entreprises de voyages et d’activités touristiques, a constaté que les réservations par smartphone sont passées de 51,5% à 56,7% des ventes globales, soit un bond de 5,2% en à peine un an. Une autre étude réalisée par Skift, entreprise de médias fondée en 2012 qui fournit des services d’actualités, de recherche et de marketing pour l’industrie du voyage, a révélé que 35 % des touristes utilisaient leur smartphones pour programmer une visite ou une activité alors qu’ils sont déjà sur place. Cette hausse significative a également permis de simplifier le processus décisionnel du consommateur. En effet, toujours selon Trekksoft, un voyageur qui réserve son séjour sur « Desktop » le fait en moyenne 13 jours à l’avance, alors que cette durée n’est que de 5 jours lorsqu’il est sur mobile. Une impulsivité qui joue en faveur des professionnels : il pourrait suffire d’un bon mot ou d’un bon visuel pour inciter à l’achat.

Un site mobile convivial, conçu dans l’approche « mobile first », devient un élément incontournable. Les consommateurs veulent pouvoir vérifier les prix, la disponibilité et bien plus encore à partir de leur smartphone. Ne pas pouvoir le faire les amènera nécessairement à chercher ailleurs.

#2 La vidéo poursuit son incursion et profite de la conjoncture

Elle surfe sur une conjoncture favorable : l’agrandissement continu des écrans des smartphones, l’amélioration des débits internet et la banalisation de la création vidéo par des outils intuitifs. La vidéo permet au client de découvrir une destination sans quitter son fauteuil. Ainsi, il peut avoir une idée précise du potentiel touristique des lieux marqués sur sa short-list d’endroits à visiter. Les professionnels du tourisme font désormais un usage massif de la vidéo sur les différentes plateformes de médias sociaux. Cela explique la nette progression du trafic internet issu de ce type d’approche, qui va passer de 66% en 2017, à 82% à l’horizon 2020.

#3 L’essor du micro-influenceur

Si 2018 a été l’année des influenceurs, 2019 est celle des micro-influenceurs. Ces aficionados du web qui ont moins de 10 000 followers (mais parfois jusqu’à 50 000) deviennent de plus en plus populaires en tant que partenaires pour les sites et les activités touristiques, grignotant des parts de marché à leurs homologues « grand public ». Aussi, ils ont tendance à facturer moins cher et peuvent offrir une plus grande plus-value en raison de leur créneau particulier et de la nature ultra-ciblée de leur audience.

Une étude réalisée en 2017 par L2, une entreprise de recherche et d’intelligence d’affaires qui évalue la compétence numérique des marques grand-public, a mis en évidence une corrélation inverse entre le nombre d’abonnés et le taux d’engagement des personnes influentes sur la toile. En d’autres termes, une grande audience ne garantit pas forcément un meilleur engagement.

Cette proximité, qui s’accentue d’année en année, entre le tourisme et les médias sociaux, est une preuve concrète de la nécessité pour les étudiants souhaitant faire carrière dans ce secteur de maîtriser les rouages de métiers comme le community management et le webmarketing. La polyvalence devient une qualité clé… à vous de la cultiver !