Ecole de Tourisme - Loisirs - Hôtellerie de Bac à Bac + 5

Ecole de Tourisme - Loisirs - Hôtellerie de Bac à Bac + 5

ACTUALITÉS

Comment se préparer au rebond du tourisme ?

Covid-19 : les professionnels du tourisme se prépare au rebond

Les voyagistes, restaurateurs, hôteliers et transporteurs sont en arrêt forcé et tentent de se projeter dans un « après-coronavirus » encore flou. Les acteurs du tourisme se préparent ainsi à un rebond du secteur espéré pour les vacances d’été, au plus tôt. Le véritable enjeu pour la France serait donc de compenser l’absence prévisible des touristes étrangers en dynamisant le tourisme intérieur. Quels sont les constats que l’on peut faire sur le secteur et quel plan de relance pour le tourisme en France ? On vous dit tout dans cette analyse.

Le taux d’annulation ne dépasse pas les 7 %

Protourisme, le cabinet d’étude et de conseil dans les secteurs du tourisme, des loisirs et de l’hôtellerie, révèle qu’en 2019, 42 % des Français, soit 28 millions de personnes, étaient partis en vacances pour des séjours courts.

Battant régulièrement ses propres records, le secteur ne devra pas s’en contenter en 2020. En avril 2020, le recul des recettes touristiques est estimé à 10 milliards d’euros et cet été, 17 millions de touristes étrangers risquent de manquer à l’appel. Les voyagistes subissent les aléas de la pandémie de coronavirus, notamment avec la fermeture des frontières, la suspension des vols et le chômage partiel des salariés. Parce que le rebond est heureusement inévitable, les acteurs du tourisme mettent les bouchées doubles et font les yeux doux aux touristes français.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le taux d’annulation ne dépasse pas les 7 %, ce qui laisse entrevoir le bout du tunnel pour des millions de professionnels. Pour l’heure, les perspectives pour les grandes vacances sont très prometteuses.

Le plan de relance annoncé par le gouvernement

Une réflexion sur le rebond de la Destination France a été évoquée par Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. L’urgence actuelle reste de préserver la survie des entreprises et celle de leurs salariés en les maintenant sous perfusion. Pour cela, les mesures de chômage partiel destinées aux employés couvrent les salaires jusqu’à hauteur de 4,5 fois le Smic. Le dispositif de compensation par l’Etat concerne tous les salariés des entreprises, y compris les cadres.

Les entreprises du tourisme sont éligibles à des aides, à hauteur de 45 milliards d’euros dans un premier temps. De plus, des prêts bancaires à hauteur de 300 milliards d’euros sont garantis par l’Etat pour les structures ayant des besoins de liquidité. Le gouvernement envisage par ailleurs un accès au Fonds de solidarité consacré aux guides-conférenciers et autres travailleurs indépendants. Bpifrance, Banque Publique d’Investissement, alloue une enveloppe dédiée aux acteurs du secteur touristique au titre de crédits. Dans ce sens, 6 000 demandes quotidiennes sont enregistrées par les services de la BPI.

Par ailleurs, pour rembourser les clients qui n’ont pas pu voyager depuis le 1er mars et jusqu’au 15 septembre prochain, le gouvernement devrait mettre en place un avoir valable 18 mois. Les acteurs du tourisme ont ainsi trois mois pour proposer aux clients un voyage d’une valeur au moins égale à celle du voyage prévu initialement.

Le salut du secteur passera par le tourisme de proximité

Le ministère du Tourisme travaille en collaboration avec Atout France pour dresser les contours de la relance de l’industrie touristique. Jean-Baptiste Lemoyne urge les acteurs du tourisme à offrir des alternatives dans le but d’assurer le rebond d’une industrie qui reste, malgré tout, particulièrement résiliente.

En outre, Jean-Baptiste Lemoyne a également insisté sur la nécessité de faire de la pédagogie face à un touriste qui se pose forcément des questions. De nombreux pays ont fermé leurs frontières face aux touristes français ou leur imposé des mesures de quatorzaine à l’arrivée. Selon le principe de réciprocité généralement appliqué par la France, les visiteurs étrangers des pays concernés risquent de subir le même protocole. « Nous allons certainement vivre une période de redécouverte des Français pour leur propre pays », analyse le secrétaire d’Etat. Il a enfin déclaré que le ministère et ADN Tourisme (la nouvelle fédération des institutionnels du tourisme français née le 11 mars 2020) travaillaient de concert pour promouvoir les atouts touristiques nationaux.

Le tourisme vous passionne et vous souhaitez faire carrière dans un secteur passionnant ? L’IEFT vous propose plusieurs formations spécialisées pour vous outiller et maximiser vos chances.